douance.be asbl
Enfants, ados et adultes à haut potentiel (HP)
2057, Chaussée de Wavre (Forêt de Soignes - Autoroute E411)
1160 Bruxelles (Auderghem), Belgique

Recherche :
"douance.be : souvent plagiée, (mal) imitée, jamais égalée ... "
Adultes HP
Caractéristiques
Hyperstimulabilité
Textes
Self-test douance
Témoignages
Le défi des adultes HP
Mythes et idées reçues
Liens
Gifted
Livres

JSF, l'adulte surdoué



Témoignages d'adultes HP passés par douance.be


Réaction à l'émission "Questions à la Une" de la RTBF

Bonjour,

Aussi loin que je me souvienne, je me suis toujours sentie en décalage avec la majorité des autres.  J'ai vécu avec cette impression étrange d'être une extra-terrestre en observation sur une planète qui n'était pas la mienne (bon sang, où se trouvait ma soucoupe volante pour rejoindre mes semblables ?)

Après des primaires brillantes et des humanités correctes (j'étais toujours aussi bonne dans les matières littéraires et en biologie, mais très médiocre en maths, chimie et physique), j'ai commencé et interrompu trois fois des études.  Leur arrêt fut à chaque fois humiliant et motivé par... mon manque de motivation pour leur contenu et les métiers auxquels elles me destinaient. 
A 21 ans, j'ai réalisé que j'avais "perdu" trop d'années.  Je me suis donc rangée en entrant dans une banque et en suivant des cours du soir au terme desquels j'ai obtenu un graduat en commerce. Depuis, ma vie professionnelle fut une longue suite de frustrations, de déceptions, d'exploitations aussi.  Après trois ans pénibles dans le secteur bancaire que je détestais, j'ai successivement été surveillante-éducatrice, animatrice d'un centre culturel, employée de greffe, animatrice d'ateliers théâtre et écriture en éducation permanente.  Après une accumulation de stress et de conflits, j'ai fait un burn-out l'été dernier et j'ai décidé de me réorienter.
Un article publié sur Facebook sur les hauts-potentiels m'a mis la puce à l'oreille tout en restant sceptique au regard de mon parcours chaotique.
J'ai donc fait des recherches sur internet, lu les deux livres de Jeanne Siaud-Facchin et ai passé un entretien auprès de M. Biren qui a non seulement confirmé ma douance, mais également celle de mon mari et de mes enfants.  Qui se ressemble...
Je viens de terminer la lecture de "Je pense trop" de Christel Petitcollin qui a achevé de me convaincre de ma particularité.

Depuis quelques mois, j'ai beaucoup réfléchi sur le sujet ; me suis rappelé de nombreux souvenirs ; ai observé mon entourage.  Je me suis aperçue que, depuis toujours, j'avais essayé de me suradapter plus ou moins harmonieusement à la société. Mon empathie me permettait d'avoir le contact facile, attirait de nombreuses personnes... Les bonnes comme les autres. Ca fonctionnait un certain temps puis, tout-à-coup, je réalisais soit que je n'étais pas à ma place soit que je m'étais fait berner et exploiter soit que je m'ennuyais avec la majorité des gens côtoyés... ou les trois à la fois.  A chaque fois, je ressentais beaucoup de souffrances, de désillusions.  Je disais que je n'avais pas le mode d'emploi, que je souffrais du syndrome de Cassandre, que j'étais anormale... A partir du moment où j'ai appris les caractéristiques des "zèbres" et que j'ai eu la confirmation que j'en étais bien un, j'ai recollé les morceaux de mon identité brisée à force d'avoir voulu être quelqu'un d'autre. 
Ma confiance en moi se reconstruit de jour en jour ; ma joie de vivre est revenue. 

De mes trente et un ans à mes trente-sept ans, j'ai pourtant fait une longue psychothérapie analytique auprès d'une psychologue diplômée et expérimentée (elle avait plus de 60 ans).  Elle a certes démonté les mécanismes familiaux, a fait ressurgir pas mal de choses de mon inconscient, mais n'est jamais parvenue à me débarrasser de mon mal être.  Forcément, elle n'avait pas capté ma particularité qui en était la source...

Les spécialistes se disputent sur la terminologie à donner à ce que nous sommes.  Haut potentiel, zèbre, surdoué, cerveau droit... Selon les écoles, l'un ou l'autre terme a la préférence.  Aucun ne me convient et certainement pas ceux de haut potentiel et de surdoué qui impliquent une notion de supériorité qui me dérange et semble être à la base de cette méfiance vis-à-vis du diagnostic à poser.
Pourquoi ne pas parler de large potentiel ?  Il me semble que cela engloberait davantage la réalité et que ça éviterait les débats stériles sur la manière dont nous pouvons être reconnus.  Nous avons une vue plus large et plus globale des choses ; nous avons  donc des potentiels multiples qui peuvent ou ne peuvent pas s'exprimer selon les circonstances (milieu socio-culturel +/-stimulant, traumatismes engendrant des blocages, valorisation ou dévalorisation de l'entourage familial et amical, etc.). Il n'en reste pas moins que la majorité des caractéristiques (hyperesthésie, hypersensibilité, pensée en arborescence, empathie surdéveloppée, grand besoin de justice et de sens, etc.) restent constantes, alors que les tests de Q.I. varient suivant les grilles utilisées, les moments et les endroits où ils sont passés, le feeling entre le testé et le testeur...

L'essentiel n'est pas de savoir si on a une intelligence cognitive supérieure à la moyenne, mais de comprendre comment on fonctionne et pourquoi.  De cette manière, on peut également mieux saisir les spécificités des autres et s'y adapter en connaissance de cause, avec plus de fluidité. On peut également savoir ce qui nous permet de développer notre apprentissage et nos compétences.  Par exemple, depuis que je sais comment mon cerveau fonctionne, j'utilise davantage d'images et de schémas (style "mind mapping") pour clarifier mes idées et stimuler une mémoire qui avait pourtant un niveau déjà élevé.  Je me sens surtout en accord et en réconciliation avec moi-même.  Je peux mieux accepter la distance qui s'installe invariablement entre moi et les normo-pensants et ne plus en souffrir en la relativisant. Oui, je suis différente, mais cette différence n'est plus le signe d'une moindre qualité.  Il s'agit juste d'une spécificité parfois difficile à vivre, mais naturelle et saine.  Je n'ai plus peur de mes ressentis ni de mes choix parce qu'ils diffèrent de la majorité des êtres humains et j'ose davantage les affirmer.  Bref, je revis tout en me gardant de claironner l'appellation qui me caractérise, car je sais qu'elle serait incomprise, voire raillée par la plupart... d'autant que je n'ai pas passé et refuse de passer ces fameux Q.I. 
J'estime que ce n'est pas une approche "scientifique" qui va confirmer ou infirmer ce que je sais être au plus profond de moi-même.

Galilée me donnerait sûrement raison.

Voilà, en très gros, ce que je souhaitais apporter comme témoignage.

Je vous souhaite un beau week-end et de bonnes vacances de carnaval.

Cordialement,

F.


Renouvelez votre cotisation pour 2020 !!
N° compte Belfius :
IBAN BE98 0688 9021 4493
BIC
GKCCBEBB

Par où commencer ?
Accès membres
Forum douance.be

Agenda
Plan d'accès
Newsletter/Facebook

Contact

Soirées d'info à Bruxelles et Liège
Conférences
"Parcours scolaire"
"Parcours professionnel"


Activités enfants

Stage Motivation/Méthode de travail pour ados du secondaire
Ateliers Adultes : Vendredi soir chaque quinzaine !!

"douance.be : souvent plagiée, (mal) imitée, jamais égalée ... "

Copyright © 2003-2020 douance.be asbl - Thierry Biren - 22 octobre 2020