douance.be asbl
Centre spécialisé pour enfants, ados et adultes doués,
parfois appelés "à haut potentiel" (HP), hypersensibles (HSP) ou neuroatypiques
2057, Chaussée de Wavre (Forêt de Soignes - Autoroute E411)
1160 Bruxelles (Auderghem), Belgique

Recherche :
"douance.be : souvent plagiée, (mal) imitée, jamais égalée ... "
Enfants et adolescents à haut potentiel
L'enfant HP (EHP) au quotidien
Que faire pour les aider ?
L'EHP en Belgique
Caractéristiques
Grille d'identification
Enfant scolaire / enfant surdoué
Mythes et idées reçues
Dyssynchronie
Textes/Rapports
Liens
Livres

Témoignages


Témoignages d'adultes HP passés par douance.be


Bonjour,

Nous sommes les parents de J. (10 ans), diagnostiqué HP début octobre 2014 par Thierry.  Notre fils est élève en 5ème primaire à l'école P. depuis ses maternelles et a de bons résultats dans toutes les branches (sauf gymnastique où il n'a que 75%, ça dépend des périodes).  Ses différents instituteurs disent toujours "J. n'a aucune faiblesse, il perd seulement des points par distraction".

Notre fils est né avec une très grande prématurité (naissance à 6 mois) et pesait moins d'un kilo à sa naissance.  Aucune conséquence neurologique ou autre, un vrai miracle.  Mais par sécurité, son néo-natalogiste tenait à le voir régulièrement et notamment aux périodes-clés de son enfance et adolescence (passage en maternelle, en primaire, en secondaire...).  Une tentative de bilan neurologique a été faite lorsque J. était en maternelle.  Un véritable échec, car il s'est montré de très mauvaise composition, a refusé de collaborer avec les différents spécialistes devant l'évaluer, répondait volontairement à côté de la plaque et ceux-ci ont été dans l'impossibilité de quantifier son QI. 

Son néo-natalogiste nous a alors demandé de recommencer la batterie de tests.  Revenus donc chez l'un des spécialistes qui participait à l'évaluation du petit, celui-ci a nous a dit que si J. parvenait à suivre les cours dispensés dans l'école où il est inscrit, c'est que tout allait bien et qu'il ne recommencerait donc pas l'évaluation jugée, selon lui, inutile.  Lors des rendez-vous antérieurs avec le néo-natalogiste, J. faisait déjà preuve de souci de précision assez étonnant pour un tout petit lors des réponses données au médecin, mais personne n'a relevé ce détail.

1ère et 2ème primaire (même institutrice pendant les deux années): très bons résultats, a visiblement envie d'apprendre, n'apprécie pas les congés scolaires, se jette sur ses devoirs, est en adoration devant son institutrice, se distrait à la maison avec des exercices supplémentaires.  Mémoire étonnante, capable de calculer avec des nombres négatifs et positifs, ce qui fait plus que m'étonner.  
Quand je demande à J. d'où il sait cela, qui le lui a appris, il me répond, ennuyé, qu'il ne sait pas, que c'est dans sa tête... J'en conclus que décidément, mon fiston semble être un matheux comme son papa.  Point à la ligne. Mais J. boude de temps en temps en classe, ce qui a le don d'énerver son institutrice, qui le punit en lui enlevant des points de comportement, ce qu'il prend comme une très grande injustice et vit donc très mal.  En effet, le rythme des cours lui semble trop lent et il n'apprécie pas que "Madame" revienne sur des choses déjà enseignées.  On lui explique qu'il faut faire preuve de tolérance envers les enfants qui ont parfois besoin d'une seconde explication et qu'il est fort possible qu'un jour, lui-même ait besoin qu'on revienne sur un sujet. Mais ni son institutrice ni nous ne faisons le lien entre son attitude et les enfants HP, car de notre côté, nous n'en avons jamais entendu parler.  Mon mari et moi avons juste conscience qu'il a de grandes capacités dans plusieurs domaines, mais ne cherchons pas plus loin parce que, pour nous, il n'y a pas de problème.  J. semble aller bien, pourquoi s'inquiéter?

En 3ème primaire, vers le mois d'avril, il commence décrocher, e.a. à ne plus prendre note en classe, les cours deviennent incomplets, à ne plus répondre à toutes les questions posées lors des interrogations et ses points commencent à chuter. Je le retrouve souvent seul à la récré lorsque je vais le chercher le soir.  Et, sur le chemin du retour, il n'est pas rare qu'il me dise qu'il se sent seul, qu'il a envie de mourir.  Vous imaginez la détresse d'une maman qui entend ces propos dans la bouche d'un enfant de 7 ans, qui semble à priori avoir tout pour lui...

Après en avoir discuté avec son institutrice, celle-ci nous suggère de le faire voir par le centre PMS de l'école, car elle le suspecte d'être un enfant HP.  Après une série de tests, la psychologue du centre nous confirme qu'effectivement, il a pas mal d'avance, qu'il est tout à fait capable de suivre les cours de 5ème primaire, qu'il est capable de suivre dans cette école et qu'elle reste à la disposition de J. s'il désire lui parler.  Elle ne nous donne pas  les résultats chiffrés des tests, car elle estime que ce n'est pas essentiel.  De mon côté, je n'insiste pas non plus pour les obtenir, car je comprends que ce n'est pas le plus important.  Mais, à ma question de savoir si J. a besoin de changer d'école, d'être suivi par un psy ou a besoin d'une quelconque aide, elle me répond que c'est à moi de voir, de faire comme je veux.  J'avoue être déçue par sa réponse, car je sens bien qu'on ne peut pas laisser J. comme cela sans réagir; moi-même, j'ai besoin de soutien, de savoir comment faire avec lui. 

La 4ème primaire se passe sans souci.  Il semble moins isolé face aux autre camarades de classe.  Je me renseigne beaucoup sur la question et je suis de plus en plus convaincue qu'il est HP, je comprends de mieux en mieux son mode de fonctionnement, mais j'ai le tort de ne pas réaliser sa détresse et donc de ne pas "bouger" dans le bon sens.

Dès le début de la 5ème primaire, mon mari et moi décidons qu'il faut absolument savoir ce qu'il en est réellement et prenons contact avec Thierry Biren qui confirme nos soupçons.  (Pour la petite histoire, Thierry nous a appris que nous sommes aussi HP, ce qui nous a enfin permis de comprendre nos difficultés d'enfance et adolescence....Cette rencontre fut un vrai soulagement pour nous trois.)

Nous ne connaissons pas le QI de notre enfant, mais quelle importance ? Le principal est de comprendre comment fonctionne J. et de lui procurer tout le soutien dont il a besoin pour grandir.

Si vous saviez comme J. est content de comprendre enfin comment il fonctionne et comment fonctionne le monde en général, pourquoi il se sentait parfois si seul, incompris par les enfants de son âge.

Si seulement vous pouviez voir son impatience à se rendre tous les mercredis après-midi aux classes Kangourou données par l'association Douance qui lui permettent entre autre de rencontrer d'autres enfants comme lui.

Nous regrettons évidemment énormément de ne pas avoir réagi plus tôt face aux petits incidents rencontrés à l'école pendant ses premières années scolaires.  Mais nous ignorions à l'époque que ce que nous prenions pour de l'intolérance face à la "lenteur" des cours n'était en fait que l'expression d'un ennui en classe.

Aujourd'hui, J. va nettement mieux moralement, comprend qu'il pense différemment mais n'en fait pas tout un plat et est "fier d'avoir des parents HP" (sic).



Contact
Renouvelez votre cotisation pour 2021 !!
N° compte Belfius :
IBAN BE98 0688 9021 4493
BIC
GKCCBEBB

Par où commencer ?
Agenda
Plan d'accès
Newsletter/Facebook

Accès membres


Soirées d'info à Bruxelles et Liège
Conférences
"Parcours scolaire"
"Parcours professionnel"


Activités enfants

Stage Motivation/Méthode de travail pour ados du secondaire
Ateliers Adultes : Vendredi soir chaque quinzaine !!

"douance.be : souvent plagiée, (mal) imitée, jamais égalée ... "

Copyright © 2003-2021 douance.be asbl - Thierry Biren - 18 novembre 2021